Pasteur Chris ARMAN

www.armanmissions.com

 

LETTRES DE NOUVELLES - Février 2018
Servir notre génération
 
Bonjour et merci pour vos prières et votre soutien continuels,
 
Dieu a dit que David avait servi sa génération (Actes 13.36), je réfléchissais à ce que ça veut dire pour nous aujourd'hui. Récemment, notre bien aimé évangéliste et pasteur de l'Amérique, Billy Graham  a rejoint le Seigneur. Il est un grand exemple d'un homme qui a servi sa génération. Alors que je partais visiter un de nos visiteurs pour la première fois, ce principe apparaissait si évident. Dans notre église au Malawi, nous avons pour habitude de visiter chez eux chacun de nos visiteurs pour la première fois. Un de nos visiteurs était un homme nommé Golden. Il n'était pas à l'aise  avec l'idée qu'on vienne  le visiter chez lui donc  il a préféré qu'on se retrouve tous à un hôtel dans le coin.  En arrivant on s'est retrouvé avec Stanley, notre membre d'église qui avait invité Golden à l'église, et deux autres amis à lui. Stanley rassemble les gens. Il a invité 5 amis à l'église. Servir votre génération c'est rentrer dans le plan que Dieu place devant vous. Dieu avait placé devant moi ces 4 hommes qui voulaient entendre une Parole de Dieu. Chacun peut servir sa génération. si vous êtes disponibles Dieu va mettre des gens sur votre chemin qui ont besoin d'entendre la Parole de Dieu. Il s'est avéré que l'un de ces hommes était musulman, mais très ouvert comme beaucoup de musulmans malawites le sont. Il s'était toujours posé la question de ce que le titre de Christ "Fils de Dieu" voulait dire. Nous lui avons expliqué que ça ne veut pas dire un fils physique mais quelqu'un qui est commissionné pour faire un travail, quelqu'un sous un ordre, comme les "Fils des Prophètes". Ça parle aussi du fait que Dieu est venu dans la race humaine, Dieu fait homme pour sauver l'Homme.  Cette explication a amené de la clarté chez Somos et il a prié avec nous pour recevoir Christ. Dieu l'avait placé sur notre chemin ce jour là.
 
 
Dieu a répondu à deux prières de longue date ce mois-ci. D'abord, le désir de visiter la ville de Mangoci, place forte de l'Islam. On avait toujours entendu des histoires sur cette ville, présentée comme étant intolérante envers les chrétiens, ce qui nous donnait encore plus envie d'y aller. On l'avait mentionné pendant presque 4 ans et finalement Dieu l'a réalisé.  Dans le passé, on avait été dans d'autres places fortes de l'islam et on avait trouvé que le meilleur moyen de casser cette atmosphère inconfortable était de l'attaquer en faisant des sketchboards et en prêchant. Bien sûr, on utilise la méthode de Paul avec les athéniens en Actes 17 qui amena certains d'entre eux à entendre Paul à nouveau.  Étonnement on a été accueillis avec chaleur, très bien reçus. On a fait un sketchboard en face de 30 personnes.Dans le marché, à la fin de l'histoire, alors qu'on donnait l'invitation on pouvait entende une mouche voler. Personne n'a levé la main.  Après avoir demandé pour la 3ème fois si quelqu’un voulait croire en Christ, un petit de 3 ans, porté sur le dos de sa mère musulmane a levé sa main. Ça a détendu l'atmosphère et les gens ont commencé à rire; 20 mains se sont levées. Mon traducteur, Raphaël,a donné son témoignage, lui qui était musulman quand il avait rejoint notre Institut Biblique. Après avoir entendu la Parole de Dieu, son âme avait était satisfaite et il avait reçu Christ. C'était le parfait enchaînement de coups. Ma mère et mon père nous avaient rejoins. On avait pris le taxi de notre ami  et chauffeur de longue date, Roger, qui est aussi un croyant. Depuis qu'on l'a engagé on le met également à contribution. On l'a fait évangéliser avec nous. Il était tellement enthousiaste d'évangéliser parce qu'il ne l'avait jamais fait dans son église. –  Servir notre génération.
 
Notre seconde réponse à la prière était d'avoir un séminaire sur le mariage. Comme partout, le mariage est attaqué. Sa définition et sa place dans la société sont mis à l'épreuve. Le Malawi ne fait pas exception. On remercie Dieu d'avoir eu 20 couples de nos deux églises réunis pour un repas et un message. On a pris des photos de chaque couple et beaucoup de nos célibataires étaient au service et pouvaient ainsi acquérir un peu de sagesse. Ça a été tellement bien reçu , tellement qu'un mari a dit que c'était le meilleur jour de sa vie! Waouh ! 
 
Pour terminer, alors qu'on a commencé notre nouveau semestre d'institut Biblique, il nous a été fait un grand cadeau:  nous n'avons pas seulement eu un taux record d'inscriptions: 225 étudiants mais on nous a aussi informé que notre conférence régionale Zamcon, allait se dérouler chez nous ici au Malawi. On demande vraiment vos prière pour ça. Du 13 au 15 avril on aura près de 200 voyageurs ici qui viendront de 7 pays différents, sans mentionner les presque 500 personnes qu'on a eu à la dernière Malawicon. S'il vous plaît priez que nous ayons de la sagesse et que la main de Dieu soit sur nous. Peut être que Dieu vous conduira à venir nous visiter. Le thème est "Des ténèbres à la lumière" 1 Pierre 2:9.
 
LETTRES DE NOUVELLES - Novembre 2017
Nous sommes tellement reconnaissants pour votre amitié, amour, soutien et prières. Les mots ne peuvent exprimer à quel point c'est merveilleux d'avoir une telle famille. 1 Samuel 20.23 dit que l'Eternel est entre nous pour toujours. C'est le sentiment que nous avons. Nous voulions partager quelques photos des dernières semaines en "Noah-vembre".
 
C'est notre dernière photo d'église un dimanche que nous avons prise au début de ce mois. Nous avons invité chacun à venir se faire photographier et ensuite la semaine suivante à récupérer leur photo.
 
C'est une étude Biblique que nous avons faite dans un village à peu près à 3h de là où nous vivons. Un de nos membres d'église, Félix Malute, était en train de témoigner à un client potentiel et l'homme était tellement bouleversé par le message de la Grâce de Dieu qu'il a payé Félix pour revenir dans son village natal l'année dernière et partager le même message.  Nous sommes venus avec lui le voyage suivant. Des gens tellement réceptifs!
 
 
C'est Félix avec le tee-shirt bleu. C'était à deux heures et demie de la ville principale à côté du village  et ensuite une autre demie heure en moto. Nous sommes montés à 3 sur une moto pour aller au village (Merci Seigneur, c'était avant Thanksgiving). 
 
 
C'état notre etudes bibliques des femmes mensuelle. Elles se sont toutes réunies, ont prié, fait des cartes de vex pour Noel, et mama Carol a partagé la Parole. Ce soir-la, elle était à la radio diffusée dans tout le pays parlant du rôle des femmes dans l'église. 
 
 
LETTRES DE NOUVELLES - Octobre 2017
 
Il est avant toutes choses et toutes choses subsistent en Lui.
 
Un mois en arrière
Cela fait un mois maintenant que notre famille est de retour sur le champs missionnaire après un merveilleux été à Baltimore.Un grand merci à l'église de Baltimore et à toutes les églises des Etats-Unis et Canada que nous avons visité et qui nous ont reçus comme des rois; on était tellement encouragés. On voudrait dire merci aussi à toute l'équipe de R & B, sans vous ça ne serait pas possible de revenir chaque été.
 
C'est le début de la saison chaude à nouveau. On n'a pas vu une goutte de pluie depuis mars dernier. La dernière saison des pluies a été très bonne après deux ans de sécheresse, sur le chemin du retour au Malawi on priait donc de retrouver notre maison avec de l'eau courante sans interruption pendant la semaine. Heureusement, ce mois-ci nous n'avons eu que 2 jours sans eau. Gloire à Dieu!
Revenir ici demande toujours un ajustement. On est tous en train de se préparer pour le diner, on mange tôt ici vers 18h ou 18h30 et le soleil est déjà couché à 17h30/18h, même en été. Donc on met la table et Julie a presque terminé de cuisiner et là PAAAF! plus d'éléctricité! Pas d'avertissement et on n'a aucune idée de combien de temps ça va durer. Ah l'Afrique! On appelle ça T.I.A! Heureusement, l'année dernière un ami a branché 2 batteries à la ligne principale donc quand ça arrive on peut au moins avoir un peu de lumière! Merci Jésus pour les petites choses!
 
C'est un grand privilège d'avoir Matt Gehret  qui fait son stage pratique avec l'Institut Biblique ici avec nous. Il est arrivé peu après notre retour et a sauté directement dans notre emploi du temps et vie d'équipe. Une des grandes bénédictions d'avoir des visiteurs est l'opportunité de re-vivre certaines expériences de  1ère fois à nouveau. On y gagne même quelques nouvelles 1ère fois pour nous.
 
Nous étions en chemin pour visiter un des jeunes hommes de l'église, Andrew. Pour aller à sa maison, nous devons prendre les transports publics -  un minibus. Le minibus est le moyen de transport principal dans toute l'Afrique. C'est un van pour 8 passagers qui a été modifié pour prendre 15 à 18 personnes, toutes entassées commes des sardines. On a pris un minibus. On a été arrêtés par un contrôle de police.  Généralement ces contrôles sont des excuses pour faire payer des amendes aux conducteurs dans le but de se faire de l'argent. Malheureusement dans notre bus nous avions atteint le nombre de passagers maximum mais une personne en trop dans un rang a rejoins un rang où il y'avait une personne en moins. Le policier a demandé au conducteur son permis qui lui a donné mais il ne lui rendait pas et demandait au conducteur de payer une amende. Nous étions tous dans le bus à attendre et prier pour garder patience, en se demandant si on allait y passer la nuit. Après quelques minutes, je suis sorti du bus pour voir ce qui se passait. Le policier était en train d'essayer d'obtenir de l'argent pour surchargement du véhicule. J'ai souris , me suis excusé et lui ai dit que j'étais pasteur et qu'il pourrait suivre les cours de l'Institut Biblique gratuitement.  Son attitude a totalement changé après ça et il nous a finalement laissé partir. Je suis remonté dedans alors que tout le minibus m'acclamait en disant "Abboosa" qui signifie pasteur. Le conducteur a récupéré son permis. On était en chemin.
 
La visite était super. On a vu Andrew et joué au Basket avec lui et quelques autres enfants sur un terrain de basket près de sa maison. Nous avons joué et prié, fait une courte étude biblique  et on était prêt à repartir.
 
On a pris un autre minibus et on a vu celui qui récoltait l'argent boire quelquechose. Au début ça avait l'air suspect, je lui ai demandé si c'était de l'eau et il a dit que c'était du pétrole. Il était en train de boire au travail. Après avoir roulé un peu plus loin, il a semblé  évident qu'il n'était pas le seul; il partageait avec le chauffeur  également. On a remarqué qu'on allait un peu vite pour un minibus. Etonnamment, il y'a eu un autre contrôle de police au stop (qui ne sont pas si exceptionnels), mais ça n'a pas arrêté le conducteur. Il a calmement contourné l'officier après avoir été  commandé de s'arrêter. A ce moment là, les gens dans le bus ont commencé à crier. On lui a tous demandé d'arrêter le bus pour qu'on en descende tous. La vitesse a continué a augmenter ainsi que notre niveau de colère. Finalement, par la grâce de Dieu il s'est arrêté et on est tous descendu. Heureusement  on n'avait pas encore payé donc on a eu la moitié de notre voyage gratuit. Tout le groupe de passagers a marché sur la route principale pour trouver un autre bus. C'était une super opportunité  d'annoncer l'Evangile aux gens en disant que toute la race humaine est dans un minibus qui va vers la destruction, mais Christ nous a sauvé. Ca a touché la corde sensible. Matt m'a demandé si ce genre de chose nous arrivait souvent. Je lui ai dit que c'était une première fois pour moi aussi et que partir en visite est toujours une aventure. Dieu voulait s'assurer qu'on ait de quelques bonnes histoires pour les lettres de nouvelles.
 
S'il vous plaît priez pour nous alors qu nous préparons à aller en bus, avec certains de nos leaders à la conférence de Leadership à Livingstone, en Zambie. Nous partirons d'ici deux semaines.
La prochaine conférence sera celle de Mzazi en Afrique du sud avec Pasteur Jabu. 
 
S'il vous plaît priez pour nos jeunes hommes qui étaient orphelins et qui font maintenant partie de la famille de notre église et de l'orphelinat: Matthews et Blessing, Innocent et Chisomo aver Marlone.

Nous remercions également Dieu pour un autre nouvel ajout à l'équipe: la femme de P.Albert Mclean et leur fille Hanna!

Bénédictions du Malawi 

LETTRES DE NOUVELLES - Août/Septembre 2017
 

Psaumes 37:4 - Fais de l'Eternel tes délices, et Il the donnera le desire de ton coeur.

Une chose importante mais rarement mentionnée est la vie des enfants de missionnaires. Je pense qu'une de nos plus grandes peurs en tant que missionnaires à l'étranger est que nos enfants passent à côté de certaines choses. Egalement, le fait qu'ils puissent leur manquer des éléments clés de la vie de famille et de l'éducation. Je crois véritablement qu'alors que ces choses peuvent arriver, Dieu est fidèle de pourvoir à des ressources alternatives et compenser ce qui pourrait manquer.
Cela a été particulièrement vrai dans notre famille. Depuis que que nous sommes partis sur le champs missionnaire, nous avons toujours fait  l'école à la maison pour nos enfants. Pour la plus grosse partie au Malawi. Et quand je dis "nous", je veux dire que  ma femme a fait l'école à la maison pour nos enfants. Une bénédiction qui a été tellement évidente est le besoin qu'ont les enfants de missionnaires d'avoir des amis. Dieu a donné à nos enfants de nombreux cercles d'amis qui vont bien au delà de leur culture et les aide à se développer socialement. Ils ont commencé par avoir des amis dans l'église. Je pense à 4 enfants en particulier : les enfants de deux couples qui  ont été dans l'église dès ses débuts: Joe Jr, Gloria, Blessing et Chimwewe (Joie en anglais). Ils ont tout fait ensemble, autour de l'église.  On leur rendait visite chez eux et ils nous visitaient à la maison. Au début leur anglais n'était pas super mais ils ont progressé. C'était aussi une super opportunité pour mes filles d'apprendre à enseigner aux autres.  Les enfants apprennent vite, surtout quand ils apprennent les uns des autres.
Dieu a aussi béni ma femme et deux autres femmes missionnaires avec l'idée de commencer un groupe d'école à la maison. A l'origine, ça a commencé avec 5 familles qui faisaient l'école à la maison, qui se relayaient une fois par mois pour partager des leçons avec le groupe. Maintenant, 3 ans plus tard, il y'a 15 familles et toutes sortes d'activités partagées. Encore une fois Dieu a donné à mes enfants un autre large cercle d'amis, dont la plupart sont des enfants de missionnaires américains. Nous aussi, nous nous  sommes fait de nombreux amis et avons reçu l'aide de frères et sœurs en Christ.
 
Et pour finir, la grande bénédiction de revenir à Baltimore chaque année. Dans les cercles missionnaires, l'idée de retourner en Amérique chaque année est rare et irréalisable. Généralement ils partent "en congés" tous les 3 ans. Même si c'est une grande dépense, nous voyons ça comme une aventure de foi chaque année. Dieu est tellement fidèle de pourvoir à notre retour sur Baltimore et de nous y imprégner de la communion. Nous voyons ça comme une nécessité. L'expérience Baltimore ne serait pas complète sans une visite au "Camp life". Même si ça retarde notre retour au Malawi, l'investissement spirituel dans nos enfants en vaut le coup. Ces 3 dernières années, Dieu a utilisé de si nombreux précieux saints pour s'assurer que nos enfants aillent au camp. Et ils en parlent toute l'année suivante. Nous sommes si reconnaissants envers les encadrants qui donnent leur vie pour en faire un temps mémorable.
 
S'il vous plaît priez pour nous :
 
- Une nouvelle implantation d'église à la fin de l'année, au nord, dans la ville de Mzuzu
 
- La prochaine année scolaire pour Julie et les filles : Julie va continuer à faire l'école à la maison, mais nous allons commencer à collecter des fonds pour la scolarité des filles. Par grâce nous pourrons récolter l'argent pour leur frais de scolarité l'année scolaire suivante. 
 
- 2 super étudiants MBCS vont nous rejoindre cette année, priez pour leur temps ici, leur protection et une grande portion de l'Esprit.
 
Soyez bénis

 

AFFILIATION

© 2019 Eglise de la Grâce de Montpellier
Site réalisé par Tonton Yawo ABOTSI