• christian-1431642_1280.jpg
  • hands-1384735_1280.jpg
  • image.jpg

Prochainement...

Une voie nouvelle

« De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.» 1 Corinthien 11:25-26

La Pâque(s) parle de la délivrance, de la délivrance du peuple d’Israël hors d’Egypte, mais aussi de notre délivrance des choses qui peuvent nous rendre esclaves : esclaves de nos peurs, de notre passé, de notre futur… Il y a toutes sortes de forces qui peuvent nous oppresser. Parfois c’est notre égo qui nous oppresse, nous empêchant de pardonner ou nous remplissant d’amertume. Il y a tant de choses qui peuvent nous rendre esclaves aujourd’hui et qui nous réduisent à la médiocrité. En Egypte, le peuple passait son temps à construire des briques, sous le poids de l’esclavage. Dans cette situation difficile, il s’était fait une identité et avait trouvé une certaine forme de confort dans ses habitudes. Parfois une maladie, une faiblesse, une situation difficile peut devenir notre identité : nous allons alors nous cacher dans la pitié que les gens peuvent nous donner. Dieu veut nous dire qu’Il a quelque chose de nouveau pour nous aujourd’hui. Il veut nous conduire là où il y a Sa provision, là où Il pourra couper les liens qui nous rendent esclaves. Alors que nous voyons Son coeur, alors que nous voyons ce qu’Il veut pour nous, Il va nous apprendre à Lui faire confiance pour que nous lâchions les liens qui nous rendent esclaves. La sainte cène est l’image de la Pâque du Nouveau Testament. Pendant celle-ci, nous prenons la coupe symbolisant le sang de l’agneau et le pain représentant son corps brisé. De la même manière pendant la Pâque juive, il était demandé au peuple de sacrifier un agneau et de placer son sang sur les linteaux des portes. Le corps de l’animal brisé devait quant à lui être mangé. L’ange destructeur avait comme instruction de « passer outre » les maisons qui portaient le sang de l’agneau sur les linteaux de leurs portes. Le peuple devait manger à la hâte l’agneau grillé et être prêt à partir. Christ, l’agneau de Dieu a été immolé. Son sang et Son corps donnés pour nous nous ouvrent une voie nouvelle, un chemin de délivrance. Sommes-nous prêts à partir ? Prêts à quitter nos situations ? Prêts à prendre la voie nouvelle que Dieu nous ouvre ? Le peuple devait se réjouir pendant cette première Pâque, se réjouir de leur délivrance ! Parfois nous craignons de quitter ce que nous connaissons, même s’il s’agit de situations difficiles. On préfère rester où nous sommes et faire des compromis. Nous sommes prêts à accepter la médiocrité, parce que la crainte est dans nos coeurs. C’est pour cela que Dieu demandait au peuple de se réjouir alors qu’il allait partir. Dieu ne veut pas que nous soyons dans le calcul, la peur de l’inconnu ou de l’avenir, mais Il souhaite que nous nous réjouissions du fait que le sang de Christ a été suffisant pour payer pour nos fautes et que, de ce fait, Dieu nous est favorable. Aujourd’hui nous ne voyons pas concrètement le sang de Christ présenté devant le Père. De ce fait, nous cherchons à nous rassurer en faisant « de bonnes choses » : en allant à l’église, en faisant de bonnes oeuvres, en servant dans l’église… Mais il est très difficile de vivre par nos forces sous ce genre de standard et dès qu’une difficulté survient, nous n’avons aucune capacité pour tenir. Ces choses nous montrent que nous n’arrivons pas à croire Dieu. C’est pourquoi nous avons besoin d’accepter que l’agneau immolé est suffisant, et que toute la colère qui devait tomber sur nous, est tombée sur le Fils ! Dieu n’est donc plus en jugement contre nous ! Ne rendons pas les bénédictions de Dieu conditionnelles et liées à une superstition. Dieu nous discipline comme des fils lorsque cela est nécessaire, mais parce qu’Il veut nous sauver de notre propre folie, pas parce qu’Il est contre nous. Dieu a tracé un chemin nouveau dans les situations difficiles que nous traversons, Il a prévu une voie nouvelle, une issue, car Il nous est favorable ! Notre part est de chercher la communion avec notre Père, notre part est de manger l’agneau et de se réjouir. Allons à Dieu tels que nous sommes, allons à Son trône de miséricorde et c’est Lui qui va nous transformer et ouvrir un nouveau chemin pour nos vies, et nous donner une nouvelle identité.

Message du dimanche 21 avril 2019 par Pasteur Yohann Pêpe

Lu 59 fois
Plus dans cette catégorie : « Une histoire de grâce

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Dernière prédication

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

événements

21 Mai 2019
09:15 - 10:00
Temps de prière
_____________________
21 Mai 2019
19:30 - 21:00
Etude biblique chez Jeannette A.
_____________________
23 Mai 2019
09:15 - 10:00
Temps de prière
_____________________
23 Mai 2019
19:00 - 19:45
Temps de prière
_____________________
23 Mai 2019
20:00 - 21:30
Culte de semaine
_____________________
VOIR TOUS LES EVENEMENTS...

Agenda des évènements

Mai 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Suivez nous sur Facebook

AFFILIATION

© 2019 Eglise de la Grâce de Montpellier
Site réalisé par Tonton Yawo ABOTSI